Le discours

­

Les textes proposés ci-dessous sont des réservoirs de mots, idées, expressions pour nourrir votre inspiration sur la Haute Bretagne. Ils sont destinés à vos plaquettes de présentation, brochures ou pages de sites internet. Ils parlent de votre territoire, sous l’angle économique, culturel, touristique et patrimonial. Et pour certains d’entre eux de tout ça à la fois, et dans des fomats différents.
Le style est celui de la « nouvelle Bretagne ». Puisez et mettez à votre sauce…

LES TEXTES DE 4-5 LIGNES

• « La Haute-Bretagne. Terre singulière. Terre plurielle. Terre contrastée. Sa douceur apparente n’est pas fade. L’histoire l’a rendue contestataire. Le monde moderne l’a faite terreau d’innovation. Elle vise haut ». »

• ‘ »Couleurs entrelacées, odeurs mélangées, saveurs contrastées : la Haute-Bretagne a de multiples attraits. Sa campagne verdoyante et ses bois légendaires sont à quelques encablures d’une côte rocheuse battue par les flots. »

• « Ici, culture rime avec aventure. Les Malouins rêvaient de terres inconnues ? Les artistes ont imaginé des voyages plus étonnants encore. Qui respirent l’imaginaire d’une forêt de Brocéliande ou puisent dans les ciels changeants de la Côte d’Emeraude. Ils entrechoquent numériques et rock. La Haute-Bretagne s’affiche en 3D. »

• « L’économie en Ille-et-Vilaine est plurielle. Elle amortit les reflux technologiques et industriels qui secouent l’économie mondialisée. Premier producteur laitier de France, moteur de l’industrie automobile, le département a fait naître dans ses labos high-tech des produits innovants. »

LES TEXTES COURTS

• Tourisme-patrimoine
 »La Haute-Bretagne vous en fait voir de toutes les couleurs ! Des vertes et des bleus purs. Ce territoire est une mosaïque de paysages où alternent villes et zones humides, vallées et forêts, mer et rivières. Manoirs et églises dessinent une palette de camaïeux qui semblent tout droit sortis d’une aquarelle de Mathurin Méheut. Les granits des châteaux de Vitré et de Fougères répondent aux bois des maisons médiévales de Dol et de Rennes. Gris et bleu s’entremêlent quand le ciel épouse la mer. La Côte d’Emeraude, bijou serti dans son écrin malouin, est le véritable butin de la Cité corsaire que ses remparts protègent d’un ennemi imaginaire venu de l’océan. L’imaginaire… Il a trouvé son refuge éternel dans les bois de Brocéliande au détour d’un Val sans Retour. Laissez-vous enchanter… »

• Culture
 »La Haute-Bretagne ne tient pas en place. Elle a comme une envie irrépressible de bouger. Vers le large quand les « Etonnants voyageurs » se donnent rendez-vous à Saint-Malo pour traquer au printemps un parfum d’ailleurs. Vers la fête quand la Bretagne se fait braise ! Chaud bouillant comme les Transmusicales, le festival trentenaire taillé dans le rock contemporain. Vers les images du futur : Picasso, Emile Bernard et Signac captaient jadis les lumières changeantes de la Côte d’Emeraude. Aujourd’hui, l’art est électronique, les tubes sont youtube, les cantines sont numériques, les vidéos se mailent et s’entremêlent pendant le festival Electronik.
La Haute-Bretagne se bouge. Fest-noz endiablés mais aussi bouillonnement créatif de l’art chorégraphique dans un Musée de la danse où l’on converse plus qu’on ne conserve, et de l’expression théâtrale contemporaine avec le festival Mettre en scène porté par le TNB. »

• Economie
 »La Haute-Bretagne regarde droit devant, solidement campée sur des valeurs immuables de travail, de solidarité et d’équilibre. Ses racines font de ce territoire le premier producteur laitier de France et ses branches agro-alimentaires concoctent les aliments de demain.
Avec plusieurs moteurs, dont ceux du groupe PSA, premier employeur de la région, l’industrie carbure à l’excellence. Et ça bourgeonne de partout ! C’est ici qu’a explosé la TNT (télévision numérique terrestre). Et dans ses labos high-tech, les nouveaux géotrouvetout travaillent sur les outils numériques qui vont ranger les smartphones au rayon musée des TIC . »

LES TEXTES LONGS

• Générique Dans Haute-Bretagne, il y a… haute ! Si géographiquement, les paysages sont plus vallonnés qu’escarpés, la vie économique, culturelle, sociale ne manque pas de relief.
Terre singulière où l’architecture remarquable et ordonnée de Rennes, Saint-Malo ou Fougères abrite depuis toujours un esprit contestataire dans l’âme. Pour pouvoir marcher la tête haute.
Loin de la légende folklorique autour d’Anne de Bretagne, on ne reste pas les pieds dans le même sabot pour goûter aux transes musicales. Ça déménage, ça dérange. Ça mixe les galettes et les tablettes. La fibre des créatifs est aujourd’hui optique, tissée dans les labos voisins. Le high-tech des télécoms français germe dans la matrice rennaise. Les mêmes têtes chercheuses »… Lire la suite

Tourisme – patrimoine

« Sans que le gwenn-ha-du en prenne ombrage, la Haute-Bretagne vous en fait voir de toutes les couleurs. Un territoire mosaïque de paysages où se succèdent harmonieusement ville et campagne, tourbières, landes, roches, vallées et forêts. Manoirs et églises offrent une palette infinie de camaïeux qui semblent tout droit sortis d’une aquarelle de Mathurin Méheut. Gris et bleu s’entremêlent quand le ciel épouse la mer, le granit des châteaux de Vitré et de Fougères répond au marron des maisons à pans de bois de Dol et de Rennes.
A l’approche du littoral, les cambrures blondes des plages se hérissent çà et là de rochers acérés. Les bow-windows des villas de Dinard donnent un goût so british à la côte. Les remparts de Saint-Malo rappellent que la cité corsaire a bravé moulte ennemi venu de l’océan.
L’imaginaire a son refuge éternel dans les bois de Brocéliande au détour d’un Val sans Retour. Les senteurs boisées »… Lire la suite

• Culture

« La Haute-Bretagne ne tient pas en place. Elle a comme une envie irrépressible de bouger. Vers le large quand les « Etonnants voyageurs » se donnent rendez-vous à Saint-Malo pour traquer au printemps un parfum d’ailleurs. A quai pour les amateurs de bulles impatients chaque année de se retrouver pour le deuxième plus grand rendez-vous de la BD en France.

Ce parfum d’ailleurs, les écrivains l’ont capté de tout temps. L’hôte du château de Combourg, François-René de Chateaubriand, s’est laissé emporté par « ces flots, ces vents, cette solitude qui furent mes premiers maîtres ». Loin de ce romantisme échevelé, la marquise de Sévigné a puisé l’inspiration littéraire dans sa villégiature du château des Rochers à Vitré. De quoi ravir aujourd’hui Bécherel, la cité du livre devenue le véritable repaire des bibliophiles.
Mais derrière ses dehors discrets, cette Haute-Bretagne »… Lire la suite

Economie

« Est-ce à la légendaire vitalité du monde étudiant que l’on doit la « verdeur » de la Haute-Bretagne ? L’innovation universitaire a fait naître Rennes Atalante, aujourd’hui deuxième technopole de France qui étend son rayon d’action jusqu’à Saint-Malo. Ici se créent les emplois de demain dans l’automobile, l’agro-alimentaire et les technologies numériques et dans de nouvelles filières comme la santé ou la productique. Economie plurielle dans cette terre si singulière…
La Bretagne reste la première région agricole française. Et la Haute-Bretagne y apporte sa sève ! Le premier producteur laitier de France et ses branches agro-alimentaires ont fait germer quelques grands noms d’une industrie innovante dont les produits régalent les tables françaises et étrangères : beurre Bridel (laiterie Lactalis à Retiers), yaourts Sojasun (laiterie Triballat à Noyal-sur-Vilaine), surimi (Comapêche à Saint-Malo), Brioche Dorée (groupe Le Duff à Rennes) ». Lire la suite